Delisss°°

Delisss... le rab O__o

03 février 2009

TITLE_thoughts

thoughts

Mais comment font les autres pour savoir ce qu'ils veulent faire de leur vie ?
Et comment apprend-t-on à prendre les gens (qui comptent) dans ses bras ?


Note à moi même: essayer de relativiser

Remember: love doesn't last too long - en hommage à Johanne


Posté par BiTWiX à 23:04 - Commentaires [16] - Permalien [#]

Commentaires

    ...

    J'en soupçonne un bon paquet de prétendre qu'ils savent ce qu'ils font, où ils vont et pourquoi... j'en soupçonne un autre paquet de penser faire ce qu'ils ont envie de faire alors qu'ils obéissent aux désirs d'autres sans se poser trop de questions... Se poser des questions... tout le monde le fait mais... peur du ridicule et autres craintes rationnelles ou non... peu de gens le font ouvertement.
    Relativiser, oui... parce que dans le fond, ça sert à quoi de savoir ce qu'on veut faire de sa vie? Faut-il vraiment que ce ne soit qu'une chose, une seule? Sans que jamais rien ne change, ni les envies ni les désirs, et ce quelles que soient les épreuves qu'on a traversées?
    Relativiser donc et changer son questionnement: "qu'est-ce que j'aimerai faire de ma vie maintenant? Plus tard, on verra quand y sera!" C'est beaucoup moins angoissant et bien plus riche de possibles de se laisser un peu porter par la vie.
    Pour les hugs... on laisse tomber ses freins intérieurs et on ouvre les bras avec un grand sourire. Je ne te cache pas que le plus dur, c'est de garder les bras ouverts ;o)
    Plus sérieusement, ça viendra tout seul quand ton premier questionnement prendra un chemin plus serein )
    Plein de bizzzzzzzzzzzzz et un ENORME hug!

    Posté par La Trollette, 04 février 2009 à 08:31
  • Ecoute cette chanson et elle deviendra une philosophie de vie :
    http://www.deezer.com/track/895317
    en tout cas moi ça fait un paquet d'années qu'elle me suit.
    Quand à se prendre les bras ça prend du temps mais ça vient, j't'embrasse chère Béa !

    Posté par lili, 04 février 2009 à 08:42
  • rep 1 > le sait-on ou s'en persuade-t-on?
    rep 2 > ouvrir ses bras avec le coeur

    Posté par max sauter, 04 février 2009 à 10:09
  • je vais finir par croire qu'il y a une connexion directe entre nos cerveaux...^^
    je crois que la réponse musicale de lili est fort juste...
    des bises!
    ah lumineuse image..superbe!

    Posté par kAro, 04 février 2009 à 10:50
  • C'est assez pertinent, comme questions...
    De mon point de vue, ça vient avec le temps, avec l'urgence qui gagne.

    Posté par FreZ, 04 février 2009 à 12:46
  • Rends toi déjà compte des "progrès" que tu as fait en calins!

    Posté par nounou, 04 février 2009 à 13:46
  • Rhaaa ce cliché....ça me donne froiiid!!!

    Ceux qui savent ce qu'ils veulent faire de leur vie se sont posé la même question que toi quelques temps avant de trouver...je suis de l'avis de FreZ aussi, il faut laisser le temps faire les choses.

    Pour l'histoire des "bras"...c'est une question d'envie...si tu ne le fais pas c'est que tu ne le veux peut-être pas.
    On a tous des moyens d'exprimer nos sentiments différents.
    Les câlins à tour de bras ça cache quelque chose moi je dis huhu

    Posté par ABY, 04 février 2009 à 19:29
  • savoir ce qu'on veut ...et trouver la réponse ...c'est comme une fin, une espèce de mort créative, non?
    moi j'aime me poser 20.000 questions par jour, imaginer plein de pistes, en essayer et changer, je me dis que le jour ou je saurais ce que je veux,je serai bien coincée!!
    franchement à part une quête évidente du bonheur inhérente à la vie elle-même, de quoi d'autre peut-on être sûr?
    alors essaye tes idées, tes pistes et change de route dés que tu le sens, dés que tu t'ennuies, ou que les gens qui t'accompagnent t'ennuient, parfois c'est aussi les autres qui nous force à changer de direction ou de choix de vie!
    en 2 mots "reste créative" toujours! quitte à te faire taxer d'instable, franchement tu t'en fous! non? (tout au fond!)

    les câlins, je suis bien incapable d'en faire (à part à mon amoureux ou à mes filles) est-ce que cela apporte une dimension de plus de prendre les gens dans les bras surtout si ce n'est pas qq chose qui fait partie de notre nature et limite nous angoisse? est-ce que l'amitié toute en retenue et en intériorisation comme est la tienne, n'est pas plus forte et franche que celle de gens qui vont te serrer dans les bras toutes les 5 min mais qui au fond ne se posent pas bcp de questions puisqu'ils montrent leur amitié par le geste (soi-disant)? Aprés il faut pouvoir dire de temps en temps aux gens qu'on aime qu'on les aime, mais ça tu sais le faire!!! les calins ...t'inquiéte c'est pas ça le plus important!

    Posté par dine, 04 février 2009 à 20:59
  • 1°)Il ne faut pas se poser la question !
    2°) Il faut se laisser porter par ses pulsions d'amitié, de tendresse ou d'amour comme tu sais si bien le faire parfois .....
    Bizzzzzzzzzzzzzz

    Posté par jo tourtit, 05 février 2009 à 07:59
  • Cette photo est superbe. Les couleurs sont douces et chaleureuses.

    Posté par Audrey, 05 février 2009 à 12:28
  • Je ne crois qu'aux évidences... IL faut s'écouter....

    Posté par Isa, 05 février 2009 à 12:53
  • Pour prendre des brasser de gens, il faut de très grands bras, ou bien s'acheter une moissonneuse.

    Seule l'imagination est capable d'un tel phénomène !

    Posté par Nathanaël, 05 février 2009 à 18:11
  • des brassées...

    Posté par Nathanaël, 05 février 2009 à 20:25
  • Faut pas te mettre la pression. Suis ton instinct, ta créativité, le reste viendra... Et puis les petites attentions, les pensées sont plus importantes que les câlins. Pleins de bisous

    Posté par Sofie, 06 février 2009 à 00:03
  • Te voilà bien nostalgique ces temps-ci... Mais réalise que même pénibles, ces questions sont nécessaires à ton chemin. Bon voyage

    Posté par gwen, 08 février 2009 à 01:28
  • Paraît que ça marche: écrire une lettre à sa Nature Profonde... Ecoute ta louve tout au fond qui gronde; elle, elle sait très bien ce qu'elle veut!
    Détourne-toi un instant de tout ce que tu fais, de tout ce que tu es juste pour répondre à des attentes (de ton amoureux, de la société, de la famille, du bien-séant...) et dis-toi "Mon rêve, là, maintenant, c'est quoi? Qu'est-ce qui me rendrait VRAIMENT heureuse? Et qu'est-ce que je devrais "sacrifier" pour y arriver? (du fric, du temps avec les enfants, l'approbation des autres, ...)
    Et voilà, alors, dégagé des troncs, des branches et des brindilles qui entravaient ton passage, ton chemin s'ouvre à toi et te guide.
    Tu n'as alors plus rien à faire, si ce n'est te laisser porter, parce qu'alors, tu as la force de gravir des montagnes.
    Bonne route ma Béa...

    Posté par Valli, 08 février 2009 à 08:06

Poster un commentaire